Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

La discipline.

 Cher moniteur, chère monitrice, nous recevons régulièrement des questions au sujet de la discipline à l’EcoDim. Bien qu’il soit plus facile, lorsqu’il s’agit de discipline, de montrer comment faire, plutôt que d’expliquer, nous allons quand même essayer d’aborder cette question.

“Dieu n’est pas un Dieu de désordre” (1 Corinthiens 14: 33). Dès le commencement, Dieu a prévu que sa création vivrait sous un système d’autorité. Soumis à Dieu, l’homme et la femme devaient gouverner la terre (Genèse 1: 28). Et même si Satan est venu perturbé cette hiérarchie (Genèse 3), la vie sociale des hommes continue à être structurée par des systèmes d’autorité. Il y a des autorités politiques (Romains 13: 1), ecclésiastiques (1 Pierre 4: 5) et familiales (Ephésiens 6: 1 – 4). Nous faisons donc tous partie de plusieurs systèmes d’autorité.

Pour pouvoir bien exercer la discipline, en tant que moniteurs, nous devons comprendre où nous nous situons dans la hiérarchie de l’église. (Voir à ce sujet l’exemple du centurion romain: Matthieu 8: 5 – 10). Même si les enfants doivent nous être soumis, ils sont sous la responsabilité des leurs parents. Nous-mêmes, sommes soumis aux anciens de l’église. Finalement, toute l’église est soumise à Dieu. Le moniteur n’est donc pas un petit chef indépendant qui peut faire ce qu’il veut.

 

En tant qu’enfants de Dieu, nous cherchons à suivre l’exemple de Dieu en matière d’autorité. Dieu est amour et il est plein de douceur envers nous. Mais il sait aussi ce montrer ferme. Tout au long de l’Ancien Testament, nous le voyons interpeller le peuple d’Israël qui s’éloigne de Lui. Et à plusieurs reprise, il a sanctionné son peuple (voir les Juges et le Rois). C’est ce modèle que nous cherchons à imiter avec son aide.

 

En matière de discipline, comme dans beaucoup d’autres cas, la prévention permet d’éviter beaucoup de problèmes. Une bonne préparation du programme, un bon aménagement du lieu et une attitude sérieuse et respectueuse de la part des moniteurs permet d’éliminer la majorité des problèmes de discipline. Il restera néanmoins quelques problèmes qui nécessiteront l’intervention des moniteurs. Nous allons aborder ces deux aspects de la discipline: la prévention et l’intervention.

 

La discipline: la prévention.

Le moniteur, la monitrice.

Le moniteur est responsable de son groupe d’enfants. Il doit veiller à la sécurité et au bon déroulement du programme. C’est le moniteur (ou l’équipe de moniteurs) qui décide des règles à l’EcoDim.

Certains moniteurs ont une certaine autorité naturelle et n’ont que peu de problèmes pour encadrer les enfants. Pour eux, c’est naturel, et il peut leur sembler difficile d’expliquer aux autres moniteurs comment faire. Nous pouvons cependant donner quelques pistes.

  • Le moniteur est un adulte. Il convient donc qu’il se comporte de la sorte. Le moniteur ne doit pas chercher à se comporter comme un enfant, car cela va diminuer son autorité auprès d’eux. Le moniteur doit être un adulte modèle que les enfants auront envie d’imiter.
  • Le moniteur n’est pas le copain de ses élèves. Nous aimons nos élèves et nous cherchons à développer de bons liens avec eux, mais nous ne sommes pas leur copain. Nous sommes plus comme un grand frère ou une grande sœur, un papa ou une maman. Il est important que les enfants aient du respect pour nous. Et à cette fin, notre comportement doit inspirer le respect.
  • Le moniteur doit avoir du respect pour ses élèves. Le respect va dans les deux sens. Les enfants respectent le moniteur et le moniteur respecte les enfants. Il veillera à être poli, calme, bienveillant et ferme.
  • Certains moniteurs ont plus de facilité pour gérer un groupe d’enfant, il est donc important de travailler en équipe. Les moniteurs qui sont moins expérimentés apprendront au contact de ceux qui ont plus l’habitude.

 

Le lieu de réunion.

Les EcoDim ne sont malheureusement pas toujours la priorité des église, et cela se reflète souvent dans les lieux qui leurs sont attribués. En tant que moniteurs nous n’avons souvent pas le choix quand au lieu où se déroule l’EcoDim, nous devons nous débrouiller avec ce qu’on nous met à disposition. Voici cependant quelques idées d’aménagement qui permettent de faciliter la discipline.

  • Tout d’abord, il faut chercher à bien délimiter l’espace. Une partie de l’espace est réservée aux moniteurs. C’est l’endroit où ils se tiennent pour animer, enseigner. Dans un coin de cet espace, les moniteurs réservent un endroit où mettre leur matériel. Il est très important que les enfants n’aient pas accès à cet espace.
  • Le reste de l’espace est réservé aux enfants. Dans cet endroit, il ne devrait rien y avoir, sauf de quoi s’asseoir (nattes, bancs, chaises). S’il y a quelque chose qui bloque la vue, comme une colonne par exemple, il ne faut pas placer de siège à cette endroit. Quand un enfant est assis, il doit pouvoir voir les moniteurs devant.
  • Le placement des enfants est important et il se fait pas les moniteurs. Il faut tenir compte de plusieurs choses. Pour les enfants de l’école primaire, c’est utile de séparer les garçons et les filles. Lorsque les enfants s’asseyent, il faut mettre les petits devant et les grands derrière. Avant de commencer, les moniteurs s’assurent que tout le monde voit bien.
  • Lors du placement des enfants, il est aussi important de séparer des enfants qui pourraient se disputer. Si un moniteur repère que plusieurs enfants turbulents sont assis ensemble, il en fera déplacer certains pour assurer le calme.
  • Finalement, s’il y en a suffisamment, des moniteurs ou aide-moniteurs s’assiéront avec les enfants pour maintenir le calme pendant le programme.
  • Dans la mesure du possible, il faut essayer d’anticiper les problèmes climatiques. Si une partie du local se retrouve au soleil pendant le déroulement du programme, il ne faut pas y faire asseoir les enfants.
  • En plus de pouvoir bien voir, les enfants doivent pouvoir bien entendre. Les moniteurs doivent s’exprimer clairement et avec un volume suffisant pour être entendu de tous (qu’il y ait ou pas une sonorisation).

 

Le programme.

L’équipe doit soigneusement préparer son programme. Ainsi chaque moniteur sait ce qu’il doit faire et les différentes parties du programme s’enchaînent facilement. Les enfants suivent ce qui se passent et sont moins distraits. Les enfants deviennent souvent turbulents quand il y a des moments creux dans le programme. Il convient donc de les éviter.

  • Varier le programme, cela évite la monotonie et l’ennui. Cela permet aussi d’alterner entre les moments où les enfants doivent être calmes et attentifs (leçon) et les moments plus détendus où les enfants peuvent bouger un peu (chants, danses).
  • Lorsque le moniteur s’exprimer, il doit s’assurer qu’il a l’attention des enfants. Il ne faut pas que le moniteur commence à enseigner, si une partie des enfants n’est pas attentive. Pour attirer l’attention, on peut taper dans les mains, avoir une petite phrase spéciale. Certains enfants ont besoin d’un petit contact physique (main sur l’épaule) pour être rappelé à la réalité (dans ce cas, les moniteurs assis avec les enfants sont très utiles).
  • Les moniteurs donnent clairement les consignes au début du programme. Par exemple: on ne se lève pas pendant la leçon biblique. Pour un bon déroulement, il faut quelques consignes, mais il ne faut pas trop en avoir non plus.

 

La discipline: l’intervention.

Même en mettant en place les idées ci-dessus, il nous arrivera de rencontrer des problèmes de discipline de temps en temps. Le moniteur doit alors intervenir. Sauf s’il est seul, ce n’est pas au moniteur qui enseigne de faire la discipline. Ce sont les autres moniteurs de l’équipe qui doivent se charger de faire régner le calme. Voici dans quel ordre intervenir:

  • Donner un avertissement discret à un enfant qui dérange (Chut…)
  • Si l’enfant continue de déranger, un moniteur prend l’enfant près de lui, pour l’aider à être clame et attentif.
  • Si un enfant dérange beaucoup ou a une réaction émotionnelle forte (crier, pleurer, taper) il faut l’éloigner du groupe. Un moniteur prendra l’enfant à part et cherchera à régler le problème avec lui. L’enfant aura probablement d’abord besoin de se calmer. A ce stade, il est généralement inutile d’essayer de raisonner avec l’enfant. Il vaut mieux simplement rester avec lui dans un endroit calme. Une fois que l’enfant se sent mieux, on peut essayer de l’aider à résoudre le problème qui a amené la crise.
  • Si l’EcoDim se déroule en même temps que l’église, un enfant qui dérange trop peut être renvoyé vers ces parents, si ceux-ci sont présents.
  • Dans des cas vraiment difficiles et ingérables, il faut parfois envisager de renvoyer un enfant à la maison. Mais ça devrait rester une exception.
  • Si des enfants se battent, il peut être nécessaire de les séparer et de devoir intervenir physiquement. Dans ce cas, il faut le faire le plus délicatement possible, en évitant les gestes violents. Dans ce cas, les enfants ont besoin de se calmer un peu à l’écart, peut-être avec l’aide d’un moniteur. Puis quand ils sont plus calmes, on peut essayer de les aider à se réconcilier.
  • Lors d’une intervention, le moniteur doit être le plus calme et le plus impartial possible. Si un moniteur se sent énervé, il vaut mieux qu’il transmette la situation à un de ses collègues qui est moins pris émotionnellement par la situation.
  • Il nous arrive à tous de faire des erreurs. Si nous offensons un enfant, nous devrions avoir le courage et l’honnêteté de lui demander pardon. C’est une façon de montrer l’exemple. De plus les enfants détectent très facilement l’hypocrisie, et c’est quelque chose qu’ils détestent énormément.

 

La discipline: l’enfant.

Les enfants ont parfois de la peine à parler de leurs émotions, de ce qu’ils vivent. Par contre, ils ont tendance à l’exprimer par leur comportement. Souvent, un enfant qui pose problème au niveau de la discipline, cherche à transmettre un message à son entourage. En tant que moniteurs, nous devons chercher à décoder les messages que les enfants nous envoient. Voici quelques raisons qui peuvent pousser un enfant à perturber les leçons:

  • L’enfant s’ennuie. Il cherche donc à se divertir en faisant le clown. Le moniteur cherche à comprendre pour quelles raisons l’enfant s’ennuie et cherche à capter l’intérêt de celui-ci.
  • Un inconfort. Les enfants qui ont faim sont souvent turbulents. Alors que les enfants malades ont plutôt tendance à se mettre en retrait ou à s’endormir. Dans la mesure du possible, il faut renvoyer un enfant qui est malade à la maison. Nous avons aussi remarqué que pendant les périodes les plus chaudes, les enfants sont globalement plus excités. Il est difficile d’intervenir à ce niveau, mais être conscient que le climat tape sur les nerfs de tout le monde (y compris les moniteurs) nous encourage à nous appuyer sur Dieu pour qu’il nous donne la patience nécessaire.
  • L’enfant a une situation personnelle difficile. Un enfant qui n’est pas entouré par des personnes qui l’aiment et prennent soin de lui, ne se sent pas en sécurité. Il va alors chercher de l’attention et de l’aide par tout les moyens. Mais comme il ne sait pas exprimer clairement son besoin, il va chercher à attirer l’attention en étant indiscipliné. C’est une situation complexe, car si nous ne comprenons pas le problème de cet enfant, nous risquons de simplement le punir et peut-être même finalement le rejeter. Alors qu’il a justement besoin d’être entouré et aimé. Avec ces enfants, il faut essayer de créer un lien, tout en restant ferme.
  • Un peu dans le même ordre d’idée, un enfant qui a vécu un événement traumatisant (un décès, une agression…) peut exprimer son désarrois en perturbant la classe. Si un enfant change soudainement et sans raison apparente de comportement, il faut penser à un traumatisme. Là aussi, l’enfant a besoin de soutien de notre part.
  • L’enfant n’est pas un petit être indépendant. Il a une famille. Il est utile pour le moniteur de connaître les familles des enfants de son groupe. En cas de problèmes disciplinaires avec un enfant, une collaboration avec la famille peut être utile. Cette collaboration sera d’autant meilleur si le contact avec la famille existe avant le problème de discipline.

 

Cher moniteur, chère monitrice, les problèmes de discipline peuvent nous faire perdre la plaisir de servir les enfants. Mais nous aimerions t’encourager à persévérer. Nous avons suivi des groupes d’enfants pendant plusieurs années. Et nous pouvons témoigner que si les moniteurs prennent leur rôle au sérieux, avec les temps, les enfants deviennent beaucoup plus calmes et disciplinés.

 

 Chaleureuses salutations.                  Fr. Arsène et Sr. Clarisse