Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Parler d’un sujet difficile à un enfant.

Cher moniteur, chère monitrice, les enfants sont généralement curieux. Et ils nous posent parfois des questions auxquelles il n’est pas facile de répondre, que ce soit au sujet de la Covid, des coups de feu dans le quartier ou comment fait-on les bébés. Le livre Recovering From Un-natural Disaster[1] nous donne des pistes pour parler d’une crise à des enfants. Il propose quatre attitudes pour faciliter une discussion sur des sujets délicats.   

adulte africain discute avec enfant africain
  1. Assurer une atmosphère de sécurité.

 Lors d’une discussion, nous sommes souvent plus marqués par nos sentiments que par ce que nous disons et entendons. Si lorsque nous parlons d’un sujet difficile nous sommes stressés, l’enfant le remarquera et il aura des sentiments négatifs. Nous devons donc faire face à nos émotions négatives pour ne pas les transmettre aux enfants.

  • Dire la vérité.

 On a parfois envie de cacher la vérité aux enfants pour les protéger. Mais le mensonge et la dissimulation ne font qu’envenimer une situation déjà difficile. Le Seigneur nous assure : La vérité vous rendra libre (voir Jean 8 : 32)

  • Laisser l’enfant diriger la conversation.

Nous avons tous un degré de curiosité différent. Il n’est pas nécessaire de dire à un enfant plus que ce qu’il demande.

  • Être un adulte fiable sur qui l’enfant peut compter et s’appuyer.

J’aimerais particulièrement insister sur ce dernier point, car il est important pour le développement d’un enfant. On appelle résilience la capacité à faire face à des épreuves ou des circonstances particulièrement difficiles, sans être anéanti par ces difficultés. La résilience est un trait de caractère qui peut être développé dans la vie d’un enfant. Or une étude[2] a montré que ce qui aide le plus un enfant à devenir résilient, c’est d’avoir dans sa vie un adulte digne de confiance sur qui il peut s’appuyer. Et cela est vrai, même si le contact avec cet adulte n’est pas très fréquent. Nous ne pouvons pas changer les circonstances de vie d’une personne. Et nous ne pouvons pas complètement protéger nos enfants contre les épreuves de la vie. Mais nous pouvons être une personne qui les aide à développer leur résilience.

Cher moniteur, chère monitrice, parles-tu parfois de problèmes difficiles avec tes élèves ? Comment t’y prends-tu ?

Chaleureuses salutations                                                          Fr. Arsène et Sr. Clarisse


[2] Bari Walsh, « The Science of Resilience : Why Some Children Can Thrive Despite Adversity. »

[1] Traduction française : Guérir après une catastrophe non naturelle. Livre en anglais : L. Kraus, D. Holyan et B. Wismer, Recovering From Un-natural Disaster, 2017, WJK Press