Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Qu’est-ce qui attire les enfants à l’EcoDim?

Cher moniteur, chère monitrice, un jour une de nos anciennes élèves de l’EcoDIm nous a demandé de l’aider pour organiser des journées d’évangélisation pour les enfants. Nous avons discuté des possibilités, et au moment de conclure, elle me dit: “Votre présence va attirer les enfants.” C’est certes flatteur. Mais la question se pose: “Qu’est-ce qui attire les enfants à l’EcoDim?”

“Qu’est-ce qui attire les enfants à l’EcoDIm?” On pourrait penser que la question n’a pas d’importance, pourvu que les enfants viennent à l’EcoDim. Mais ce n’est pas le cas. La réponse à cette question peut déterminer si l’enfant rencontrera Dieu ou pas. L’enjeu est donc considérable!

Christ est le seul chemin qui mène à Dieu (voir Jean 14: 6). Nous devons donc présenter Christ aux enfants si nous voulons les amener à Dieu. Quand nous ajoutons d’autres choses pour attirer les enfants, en espérant ainsi les amener à Dieu, nous prenons le risque de les éloigner de Dieu.

Un frère a dit très justement: “ Ce avec quoi nous gagnons les enfants est ce à quoi nous les gagnons” (Frank Turek) En d’autres mots, ce que nous utilisons pour attirer les enfants, c’est ce qui finalement les intéressera.

Nous allons examiner de quelles manières nous pouvons être tentés d’attirer les enfants et les jeunes avec des choses qu’ils aiment et en quoi cela peut être dangereux.

 

Attirer les enfants avec des choses amusantes:

Lorsque nous nous occupons d’enfants, la tentation est grande d’essayer de les attirer avec des activités récréatives, des jeux, des sorties, des cadeaux, des bonbons,… L’idée est d’attirer les enfants avec des choses qu’ils aiment, puis de les évangéliser.

De nombreuses églises, EcoDim et groupes de jeunes ont essayé cette approche. Et les résultats ne sont pas aussi bons qu’espérés. Nous allons voir pourquoi.

Beaucoup d’églises en Amérique et en Europe utilisent des activités récréatives pour garder les jeunes à l’église. Dans ce cas, ce que les jeunes apprennent est quelque chose du genre: “L’église c’est cool, j’aime trop y aller et voir mes copains, nous faisons des activités trop géniales!” Les jeunes sont particulièrement intéressés par l’aspect ludique des rencontres. Et Dieu passe en arrière-plan.

Lorsque ces jeunes deviennent adultes et qu’il n’y a plus ces activités récréatives mises à leur disposition, ils quittent l’église. Il n’ont jamais connu Dieu et maintenant ils vont chercher ailleurs un endroit où s’amuser.

Dans nos pays africains, nous avons peut-être moins de possibilités d’activités récréatives qu’en Occident. Mais le risque d’essayer d’attirer les enfants avec des choses qu’ils aiment existe aussi pour nous. Nous ferions bien de tirer des leçons des expériences de nos frères et soeurs dans d’autres pays.

 

Modeler son programme autour de ce qui est à la mode:

Une autre tentation est de faire un programme d’EcoDIm qui est “à la mode”. Le message de l’évangile est éternel. Il peut être présenté de manière compréhensible dans chaque culture et à chaque époque. Nous n’utilisons pas les mêmes approches que les disciples du Ier siècle pour présenter l’évangile à nos contemporains. Il est normal que nous fassions un certain travail d’adaptation du message.

Mais ce travail d’adaptation peut prendre trop d’importance. Et cela peut gravement dénaturer le message. Ces tentatives d’adaptation peuvent se faire au niveau de la forme, mais aussi au niveau du fond.

Par rapport à la forme, nous voyons des EcoDim qui ont des programmes qui ressemblent à des concerts ou à des shows télévisés. L’accent est surtout mis sur l’apparence, ce qui se voit. Le risque de cette approche, c’est de transmettre le message que l’église n’est pas différente du monde. Ce qui est contraire au message de Christ (voir Jean 15: 19, Jean 17: 14 et Romains 12: 2).

L’approche décrite ci-dessus ne modifie pas nécessairement le message de l’évangile. Mais, dans notre volonté de rendre l’évangile compréhensible et attirant pour nos élèves, nous risquons de modifier le message. Par exemple, il devient difficile de parler de choses absolues comme le bien ou le mal, la vérité, le péché. Tout devient relatif. Si nous déclarons que JESUS est le SEUL chemin pour aller à Dieu, beaucoup de nos contemporains vont nous traiter d’intolérants. De même, dire que tous les hommes ont péché et ont besoin de se repentir, n’est pas un message très apprécié de nos jours.

C’est ainsi que certains responsables d’église vont beaucoup insister sur l’amour et les bénédictions de Dieu, sans jamais appeler leurs auditeurs à la repentance. En fait, cette attitude est l’une des caractéristiques des faux prophètes. Or le Seigneur a dit clairement à ses disciples avant de retourner au Ciel “Enseignez-leur à observer TOUT ce que je vous ai prescrit” (Matthieu 28: 20). Ce n’est pas à nous de choisir ce que nous voulons enseigner. Nous devons transmettre tout le message de l’évangile, sans rien mettre de côté (voir aussi Deutéronome 4: 2).

Nous ne devons pas craindre de transmettre tout le message de Dieu. C’est vrai que ce n’est pas très agréable de devoir faire face à nos péchés et notre imperfection. Mais ce n’est qu’une partie du message. Reconnaître nos péchés et nous repentir nous permet d’entrer en relation avec le vrai Dieu. Et cette relation est la chose la plus extraordinaire que nous puissions expérimenter. C’est aussi la meilleure chose que nous ayons à offrir aux enfants.

 

Miser sur les relations sociales:

C’est un problème qui se rencontre souvent au niveau des groupes de jeunes et qui est difficile à repérer, car souvent inconscient et totalement involontaire.

La situation se présente ainsi: il y a une très bonne ambiance au groupe de jeunes. Les participants se sentent proches les uns des autres. On pense être “unis par l’esprit”. Et on confond la bonne ambiance avec la présence de Dieu. Cela peut conduire le jeune à se fier à ses sentiments. Une fois que la bonne ambiance n’est plus là et qu’il se retrouve seul, il se met à douter.

Cela peut avoir pour conséquences que:

  • L’enfant ne rencontre jamais Dieu
  • L’enfant se met à douter et rejette Dieu
  • L’enfant à une image faussée de Dieu et quand on lui présentera vraiment Dieu, il dira: j’ai déjà essayé et ça n’a pas marché, je ne suis plus intéressé.

 

Un mot pour conclure:

 

Peut-être qu’arrivés ici, certains d’entre vous se demandent, mais pourquoi alors Moniteur EcoDim nous donne des idées de jeux ou d’activités pour les enfants, si cela risque de les éloigner de Dieu?

Nous pensons que tout est question de proportion et d’attitude du cœur. Les activités récréatives deviennent un problème quand elles sont le centre d’intérêt, quand c’est la seule chose qui attire les enfants.

Nous sommes également convaincus que les enfants ne sont pas des adultes et que nous devons leur transmettre le message de l’Evangile d’une manière adaptée à leur âge et à leur capacité de compréhension. Il est possible de le faire, sans dénaturer le message de l’évangile.

Si nous sommes conduits par l’Esprit de Dieu, alors le fruit de l’Esprit se manifestera à l’EcoDim. Et nous savons que le fruit de l’Esprit c’est l’amour, la joie, la paix, etc… (Galates 5: 22). Si le fruit de l’Esprit se manifeste, si Dieu est présent, alors il est certain que l’EcoDim sera un lieu où les enfants aimeront aller. Mais ce sera un lieu où ils pourront expérimenter la présence de Dieu, pas un centre de loisir.

Cher moniteur, chère monitrice, as-tu déjà été tenté d’attirer les enfants à l’EcoDIm avec autre chose que le message de l’évangile? As-tu constaté que cette approche peut poser problème? Penses-tu que tu doives modifier certaines choses dans ton EcoDim?

 

Chaleureuses salutations.                                                                      Fr. Arsène et Sr. Clarisse