Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Famille et service. Un équilibre précaire.

Cher moniteur, chère monitrice, as-tu des enfants ? Nous avons deux enfants de 5 et 1 ans. C’est une période où les enfants ont besoin de la présence de leurs parents presque en permanence. C’est un défi de trouver un équilibre entre le service et la vie de famille. Il serait dommage qu’un jour nos enfants nous reprochent d’avoir passé plus de temps avec d’ autres enfants qu’avec eux. Quelle place réservons-nous à notre famille dans notre vie ?  

Tout d’abord, un point de clarification. Dans cet article, quand nous parlons de la famille, il s’agit de la famille restreinte : le couple, leurs enfants et les personnes vulnérables qu’ils ont accueillies dans leur foyer (par exemple la grand-maman ou un neveu orphelin).  

La famille est la cellule de base de la société. C’est là où nous apprenons la vie. Et la vie de famille est souvent un terrain d’entraînement pour le ministère. L’apôtre Paul a décrit comment doit être quelqu’un qui veut servir dans l’église. Entre autre :  

« Il faut qu’il dirige bien sa propre maison, et qu’il tienne ses enfants dans la soumission et dans une parfaite honnêteté ; car si quelqu’un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l’Église de Dieu ?» (1 Timothée 3 : 4 – 5)  

J’ai travaillé avec des milliers d’enfants, dans des camps bibliques, des clubs ou à l’écodim. Et j’ai rarement eu des problèmes de discipline. Mais avec mes propres enfants… eh bien, c’est une autre histoire! Nos enfants vivent avec nous, ils nous connaissent vraiment. Ils voient nos faiblesses et savent si nous sommes sincères ou hypocrites. Je pense que c’est pour cela, qu’il est parfois plus facile de s’occuper des enfants des autres que de nos propres enfants. Devant les autres, nous pouvons présenter une certaine façade. Nos enfants, eux, ils ont vite fait de nous démasquer !  

Prendre soin de sa famille est un défi (en tous cas pour moi). Mais si nous prenons cette tâche à cœur, nous apprendrons beaucoup de choses qui seront utiles pour notre ministère. Voici 3 choses qui peuvent nous aider à garder un équilibre entre notre vie de famille et notre service.  

     1. Évaluer la situation : Y a-t-il un problème dans notre famille auquel nous ne prenons pas garde ? Combien de temps passons-nous en famille ? Quel temps consacrons-nous au service ?  

    2. Choisir nos priorités : Nos activités varient selon la période de vie que nous vivons. Il faut savoir reconnaître quelles sont les priorités pour le moment présent. En ce moment, nos enfants étant en bas âge, nous leur consacrons beaucoup de temps. Au fur et à mesure qu’ils deviennent plus indépendants, nous pouvons modifier notre emploi du temps et consacrer plus de temps au service. Savoir évoluer est un grand atout.  

    3. Servir en famille : Nous allons souvent au club en famille. Nous les moniteurs, nous avons de la chance, car nous pouvons prendre nos enfants avec nous dans nos activités. Nos enfants aiment bien le club. Ils demandent souvent à aller à « l’église des enfants ». Ils nous aident aussi parfois pour la préparation, c’est souvent utile de pouvoir tester une idée à la maison ! Le fait de servir en famille renforce les liens familiaux. Et le fin mot de l’histoire, c’est que Fr. Arsène et moi, nous nous sommes rencontrés pendant les clubs !  

Cher moniteur, chère monitrice, as-tu expérimenté des difficultés à concilier ta vie de famille et ton service ? N’hésite pas à nous faire part de ton expérience dans ce domaine.  

Chaleureuses salutations.                             Fr. Arsène et Sr. Clarisse