Juillet 2018, N° 34 

Message de l’histoire d’Onésime  

  

Cher moniteur, chère monitrice, lorsque nous racontons des histoires de la Bible aux enfants, c’est une bonne chose. Seulement si nous ne faisons que raconter des histoires, les enfants apprendront beaucoup de faits bibliques, mais peu de doctrines. Il est rare qu’un enfant tire lui-même des conclusions d’une histoire qu’il entend. Nous devons donc ajouter des enseignements dans nos histoires. Voici quelles sont les vérités bibliques que nous pouvons enseigner grâce à l’histoire d’Onésime. 

 

Tout d’abord, j’aimerais rectifier une erreur de la lettre précédente, Tychique était originaire de la Province d’Asie, dans laquelle se trouvait Colosses, mais on ne sait pas de quelle ville il venait. Voici maintenant, des idées d’enseignements que nous pouvons tirer de l’histoire d’Onésime. 

  

Christ transforme ceux qui se confient en Lui. Onésime a été transformé par le Seigneur. Il était un esclave inutile. Mais après avoir rencontré le Seigneur, il a commencé à rendre des services à Paul (Philémon 11). Il s’était enfui de chez son maître. Maintenant qu’il est un homme nouveau, il accepte de retourner chez Philémon. La transformation que Christ opère en nous est une vérité essentielle de notre foi. Elle est enseignée dans 2 Corinthiens 5 : 17 « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. » Nous retrouvons la même idée dans Galates 2 : 19 – 20 « … ce n’est plus moi qui vis c’est Christ qui vit en moi… » 

Le pardon. Paul demande à Philémon de pardonner à Onésime, même s’il n’utilise pas le mot pardon. Toute l’histoire illustre comment Dieu nous a pardonné et comment nous devons nous pardonner les uns aux autres. Il y a tout d’abord l’offense, quand Onésime fuit de chez son maître peut-être en le volant. Mais Onésime rencontre le Seigneur et se repent. Après quelque temps, Paul le renvoie chez son maître pour qu’ils puissent se réconcilier. Finalement, Paul propose même de réparer les tords d’Onésime en payant ses dettes, s’il en a.  

De la même façon, nous avons tous offensé Dieu et nous étions tous loin de Lui (Romains 3 : 23, Esaïe 53 : 6). Mais Christ est le chemin qui nous ramène à Dieu (Jean 14 : 6). Il a lui-même payé notre dette, en portant nos péchés sur la croix (1 Pierre 2 : 24). Et maintenant, Dieu nous accueille comme ses enfants, grâce à son Fils (1 Jean 3 : 1).  Et tout comme Dieu, nous a pardonné, nous devons nous pardonner les uns aux autres. 

  

Et toi, cher moniteur, chère monitrice, quel message voudrais-tu faire passer à tes élèves grâce à  l’histoire d’Onésime ? 

  

Salutations                                                                               Fr. Arsène et sr. Clarisse